Améliorer l’isolation d’origine pour sauver sur la facture de chauffage

Isolées aux normes de l’époque (R-12 comparativement à la norme actuelle de R-41), les maisons construites dans les années 1970 et 1980 sont gourmandes en énergie. Parmi les points faibles de leur isolation, notons la toiture (les combles), responsable de nombreuses fuites d’air non contrôlées qui entraînent une perte de chaleur importante.

Il est toutefois possible d’augmenter la valeur isolante du grenier de ces résidences, moyennant un investissement relativement modique et d’ainsi réduire les coûts de chauffage de 20 % à 30 %. Ce qui représente des milliers de dollars en économies d’énergie au cours de la durée de vie d’une maison!

La cellulose soufflée : un isolant thermique et acoustique de premier choix

Le matériau le plus performant pour renforcer l’isolation du toit est sans contredit la cellulose soufflée. Faite de fibres de papiers déchiquetés, la cellulose est reconnue pour sa double efficacité lorsqu’elle est soufflée à une densité de 1.45 lb par pied cube. Elle contre alors aussi bien les fuites d’air chaud qu’elle retient la chaleur radiante. Sa capacité thermique élevée permet aussi d’améliorer le confort d’été en limitant la surchauffe durant le jour. La cellulose procure par ailleurs une excellente résistance au feu, à la vermine, à l’humidité et aux moisissures tout en offrant une isolation acoustique de qualité.

Source: allweather-insulation.com

En comparaison avec les autres isolants traditionnels disponibles sur le marché tels que la laine minérale ou la fibre de verre, la cellulose propose la plus grande résistance thermique par unité d’épaisseur, soit une valeur R de 3.7 par pouce. Beaucoup plus performante que la laine en matelas, puisqu’elle est soufflée et qu’elle ne comporte donc aucun joint (monolithique), la cellulose conserve aussi ses propriétés isolantes toute l’année, contrairement à la fibre de verre, qui perd de son efficacité par temps froid.

Pour obtenir une étanchéité optimale du grenier, on recommande également l’installation d’un pare-vapeur et de sceller à l’aide d’uréthane les joints des évents de plomberie, de la trappe d’accès du plafond ainsi que la rencontre du plafond et des murs de maçonnerie.

Ancien isolant : retirer ou conserver?

Dans la plupart des cas, l’isolation d’origine de la toiture peut s’avérer encore efficace selon les normes de l’époque. L’idée n’est donc pas de retirer complètement le manteau d’isolation de la maison et de le refaire à neuf, mais plutôt de souffler une seconde couche d’isolant en prenant soin de ne pas écraser ou déplacer la couche de départ et de ne pas bloquer les soffites, ce qui occasionnerait d’autres problèmes.

Que faire en présence de vermiculite?

Au Canada durant les années 1970 et 1980, de nombreux greniers furent isolés avec de la vermiculite contaminée à l’amiante, prouvé nocif sur la santé respiratoire lorsqu’il est inhalé. Conséquemment, il est essentiel de ne pas déplacer ou perturber l’isolant de vermiculite et de le faire d’abord analyser afin de déterminer s’il contient ou non des fibres d’amiante. Ne cédez toutefois pas à la panique : la vermiculite ne pose pas de risque important si elle est maintenue en place et bien scellée. Retenez simplement qu’il ne faut, en aucun cas, manipuler cet isolant vous-même. Si, après analyses, il est établi que la vermiculite n’est pas contaminée, vous pouvez communiquer avec un expert en isolation afin qu’il procède sans danger à l’ajout de cellulose par-dessus votre isolant d’origine.

Quel est le meilleur moment pour procéder à l’ajout de cellulose dans le grenier?

Principalement, l’insufflation de cellulose dans la toiture devrait être réalisée au printemps, vers le mois de mars ou d’avril, afin de préparer la maison à la prochaine saison. Contrairement à l’automne, où les projets d’isolation de dernière minute abondent, cette période de l’année permet d’obtenir un prix sans délai et que les travaux soient réalisés dans la même semaine.

Puis-je souffler de la cellulose moi-même?

L’insufflation de cellulose est une tâche complexe qu’il vaut mieux confier à des professionnels certifiés travaillant à l’aide de machinerie spécialisée. Les équipements de location (souffleurs à cellulose) n’offrent pas un rendement constant et permettent donc difficilement d’obtenir des résultats optimaux. En faisant plutôt appel à des spécialistes, vous vous assurerez d’ajouter la bonne densité d’isolant dans le toit et éliminerez par le fait même définitivement tous risques de tassement.

Pierre Boucher

M. Pierre Boucher est l’un des propriétaires d’Isolation Majeau et frère. Comme il le dit si bien, « J’ai passé ma vie dans l’isolation ». Déjà tout jeune, dès l’âge de 15 ans, il apprenait les rudiments du métier en accompagnant son père. Ce dernier prenait soin de lui transmettre ses connaissances et de le laisser s’exercer à la tâche.

Depuis ses débuts chez Isolation Majeau et frère en août 2006, M. Boucher a œuvré dans tous les départements de l’entreprise, du chantier à l’administration. Il fut à la barre de projets d’envergure tels que le Westin de Montréal ainsi qu’une multitude de projets résidentiels et commerciaux. Il travaille présentement en tant que directeur des ventes et de la logistique.

Ses compétences de l’isolation thermique combinées à une grande expérience du terrain ont permis de contribuer à mettre sur pied une équipe de représentants techniques particulièrement efficaces afin de répondre aux besoins d’une clientèle florissante.

More Posts